L’algoneurodystrophie, communément appelée algodystrophie, est une maladie essentiellement caractérisée par des douleurs au niveau des articulations secondaires. Il peut devenir une maladie très handicapante à défaut d’un traitement adéquat du fait qu’elle est non seulement très douloureuse, mais également difficile à soigner. Cette infection affecte généralement les personnes âgées de 35 à 65 ans, bien qu’elle puisse aussi bien toucher d’autres tranches d’âges. Cette pathologie est d’une manière générale causée par un choc impliquant l’atteinte du ligament. Ainsi, elle peut être causée par certaines maladies neurologiques comme une hémiplégie, un zona, une névralgie ou une tumeur cérébrale. La grossesse ou bien la prise de certains médicaments peut par ailleurs impliquer une telle infection.

 

Quels sont les symptômes de l’algodystrophie ?

En cas d’algodystrophie, il peut y avoir différents symptômes. Tout d’abord, une douleur aussi diffuse que profonde peut apparaître. Cela s’accompagne d’une impotence fonctionnelle, c’est-à-dire une diminution des mouvements ou bien une impossibilité à utiliser la partie sensible à cause de la douleur. Les signes cliniques ne sont pas toutefois assez significatifs afin de permettre d’aboutir à un diagnostic sûr. L’algodystrophie est ainsi difficile à identifier et son diagnostic se fait dans la plupart des cas par élimination. Par ailleurs, les examens complémentaires ne s’avèrent pas souvent suffisants. Parmi les autres signes, on peut néanmoins mentionner la douleur exacerbée qui persiste suite à une stimulation, même légère, de l’articulation. Celle-ci peut également présenter une certaine raideur et l’amplitude des mouvements diminue ainsi. La moitié des patients souffrant d’une algodystrophie présentent généralement une fatigue musculaire. À cela peut s’ajouter une déminéralisation ou bien une ostéoporose que l’on peut détecter grâce à la radiographie (stade avancé).

Quel traitement lors d’une algodystrophie?

Pour aboutir à une meilleure guérison, il est bien conseillé de commencer le traitement dès que les premiers symptômes apparaissent. Les soins en matière d’algodystrophie tentent en effet de lutter contre la douleur. Il est ainsi possible d’utiliser des antalgiques, des anti-inflammatoires non stéroïdiens. Mais on peut également opter pour l’ergothérapie, la kinésithérapie ou encore la balnéothérapie. De nos jours, les méthodes alternatives manuelles ont par ailleurs fait preuve de leur efficacité. Parmi tant d’autres, on peut par exemple citer l’ostéopathie et la chiropraxie. La phase fluxionnaire de l’algodystrophie se traite par un repos et une mise en « décharge » du membre. La rééducation n’est pas indiquée au début. Mais la physiothérapie comme un bain chaud et froid est par contre conseillée. La suppression de la cause est nécessaire si possible, et bien entendu, le malade peut avoir recours à des antalgiques et anti-inflammatoires en cas de nécessité. Quant au traitement de fond, cela se base sur la prise de calcitonine intramusculaire ou sous cutanés pendant deux ou trois semaines. On peut utiliser dans ce cas des vasodilatateurs pour régler les éventuels troubles vasculaires. Les séances de kinésithérapie et de physiothérapies peuvent enfin suivre, outre les traitements médicamenteux.

 

Que peut-on dire de l’évolution de l’algodystrophie ?

De nos jours, il n’existe pas encore une bonne solution pour prévenir une algodystrophie. Et pour raison à cela, les causes exactes induisant cette pathologie restent floues jusqu’à l’heure où l’on écrit. Toutefois, il n’est par rare que l’infection disparaisse spontanément, généralement deux ans après son apparition. Et là encore, les raisons sont souvent inconnues. La maladie ne devrait pas pour autant entraîner une quelconque séquelle. Si seulement, après deux ans du constat des premiers symptômes, on retrouve encore une raideur articulaire ainsi qu’une faiblesse musculaire, il est fort possible que la maladie puisse laisser de mauvais impacts dans l’avenir. Le syndrome de l’algodystrophie peut toucher de nombreux membres du corps avec des réels séquelles. L’algodystrophie du piedqui est un traitement parfois douloureux et long, avec des troubles vasomoteurs dont les origines semblent mal connues. Elles doivent être prise en charge par de la rééducation avec du drainage et des solutions plus spécifiques.

 

2 commentaires

  1. KAUFMANN CORINNE

    Le seul traitement pour l’algodystrophie : les BLOCS à l’ISMELINE mais voilà l’ANSM a supprimé le médicament en mars 2012 une catastrophe pour les algo en cours et à venir !!!! J’ai mis une pétition sur le web : pétition ismeline SIGNEZ SVP !!!! la situation est grave, les politiques ne bougent pas. Ce traitement a sauvé ma main droite avec 16 blocs.
    MOBILISEZ-VOUS!!!!!!!!!!!!!!!!!!!! MERCI

  2. Bonjour,

    La définition de l’algoneurodystrophie a bien évoluer, idem pour les tranches d’âge.
    J’en parle sur mon site:
    http://association-thera-wanka.fr

    J’ai mis aussi une pétition en ligne:
    Bonjour,

    A savoir qu’une algo en n’en guéris pas nous faisons des rémissions qui peuvent rester silencieuse durant toute la vie ou en refaire une
    Sur mon site, je parle de l’algo
    http://association-thera-wanka.fr

    J’ai mis une pétition en ligne
    https://www.change.org/fr/p%C3%A9titions/association-thera-wanka-aidez-nous-%C3%A0-gu%C3%A9rir-l-algoneurodystrophie-ou-sdrc-ou-crps-qui-n-est-pas-une-maladie-anodine

    Nous devons être nombreux pour faire évoluer les mentalités, il faut se mobiliser

Vous devez être connecté pour déposer une réponse.